index - sommaire - algérie - amis - arabe - armoiries - B.D. - blagues - chat - cinema - communes d'Algérie - communes anciennes - culture et célébrités - cuisine - gravures d'époque - immobilier - liens divers - littérature - maires - musique - patrimoine - peinture - petites histoires - photographie - population algérienne - prénoms - Que sont-ils devenus? - sahara - temoignages - voyages
Conclusion - e-mail - guestbook1 - guestbook2
- Remplissez le formulaire de perdu de recherche - sondage -

Jardin public de Mostaganem Mostaganem
ex- Murustaga


(cliquez pour agrandir)

 


Population : 630.000 habitants

Communes de Mostaganem : 32 (code wilaya : 27)
Abdelmalek Ramdane, Achaacha, Ain Boudinar, Ain Nouissi, Ain Sidi Cherif, Ain Tadles, Bouguirat, El Hassiane, Fornaka, Hadjadj, Hassi Maameche, Khadra, Kheireddine, Mansourah, Mesra, Mezghrane, Mostaganem, Nekmaria Ouled Boughalem, Ouled El Kheir, Ouled Maallah, Safsaf, Sayada, Sidi Ali, Sidi Bellater, Sidi Lakhdaara, Sirat, Souaflia, Sour, Stidia, Tazgait, Touahria.


Mostaganem est un port de pêche. C'est une ville très accueillante, chaleureuse et vivante.

Mostaganem possède aussi un quartier turc.

-


- -

cliquez sur ce lien pour avoir des photos plus grandes
Tous mes remerciements à Krimo Berrais


Origine du nom :
" MUSTAGHANIM " (Mostaganem) :

Les Phéniciens avaient établi des comptoirs sur la côte de Tenes à Arzew.

La véritable importance de Mostaganem semblait être due à l’établissement d’un grand nombre de familles andalouses qui furent attirées par la fertilité du sol. Grâce à cette population active et nombreuse, la région se couvrit de magnifiques villages. Vers 1580, la ville était opulente et vivait dans le luxe, les impôts payés aux turcs d’Alger en sont la preuve.

Les Turcs et les koulouglis occupaient la ville proprement dite située sur la rive gauche de Ain -Sefra. C’était le quartier réservé au commandement et à l’aristocratie locale, le mur d’enceinte était percé de cinq (5 ) portes :



Fière de son patrimoine culture, Mostaganem se targue d'avoir donné naissance à des personnages illustres comme le dramaturge Abderahmane Ould, dit Kaki, le metteur en scène Mohamed Chouikh, et des historiens tel Moulay Ben Hamissi.

Fief du théatre amateur et populaire, elle abrite les grands spécialistes de la musique andalouse, de la musique populaire citadine et les maîtres de la tradition musicale bédouine (cheikh Hamada, Cheikh Djillali).


A la plage

 

Sites divers :

Abdelmalek Ramdane - ex Ouillis
Ain Nouissi

 

dimanche mars 7, 2010 14:58

©djamila.be - (1999-2007) - Disclaimer